Oral : quand un élève devient le prof !

professor-3026707_960_720

Un élève chargé de cours !

Il s’agit d’une activité que j’ai nouvellement intégrée dans mes classes et que les élèves apprécient énormément, au point de réclamer d’être chargés de cours même en fin d’année, après l’arrêt des notes et une fois le conseil passé !

Le principe consiste à confier à un élève volontaire – ce point est important – la direction de la classe le temps d’une activité de vocabulaire ! 

Mise en oeuvre 

Les élèves ont auparavant complété des exercices pour acquérir du lexique sur leur TP de vocabulaire.

Le chargé de cours prend ma place le temps de cette correction :

  • il donne la parole à ses camarades,
  • valide ou invalide les réponses,
  • formule les corrections et les explique,
  • invite chacun à adopter le bon volume pour s’adresser à la classe,
  • félicite les bonnes participations,
  • et doit saupoudrer tout cela d’une énergie et d’un rythme entrainants (on ne dira jamais assez combien le bon déroulement d’un cours dépend du rythme).
  • Bref, cette activité d’orale est complexe et exigeante ! Et elle implique aussi que l’élève chargé du cours se soit bien investi dans les exercices de vocabulaire puisqu’il doit en faire la correction.

J’ai choisi de ne pas noter de manière chiffrée cette activité, mais je l’évalue par des badges : d’oral, bien sûr (O.2/,  « je m’exprime de façon maitrisée face à un auditoire »), mais également de langue (O.D.L.5/ « Je maitrise la structure, le sens et l’orthographe des mots »).

Bien sûr, je reste vigilante et interviens quand c’est nécessaire pour réajuster une erreur.

Quelques précautions me paraissent importantes : l’activité de chargé.e de cours ne peut être mise en place que pour corriger des exercices ne réclamant pas l’intervention trop fréquente de l’enseignant.e, ce qui rompt le rythme et la dynamique de groupe, et pas pour des exercices difficiles. Les exercices de vocabulaire s’y prêtent car ils sont simples à corriger et à expliciter. Il est bien évident que ce serait infaisable pour des exercices de grammaire sur les natures des propositions subordonnées ! Attention donc à bien évaluer la difficulté cognitive de la tâche à accomplir.

 

Ces précautions prises, l’exercice présente un réel intérêt pédagogique. Les élèves qui en font l’expérience gagnent en compétences orales. De plus, ils semblent comprendre différemment la gestion d’un groupe, le rôle moteur et dynamique de l’enseignant, et découvrent qu’il est moins facile qu’il y parait de donner la parole de manière parfaitement équilibrée à tous !

Enfin, il est remarquable de constater que les cours dirigés par un élève obtiennent une audience … captivée ! Tous les camardes adoptent une écoute très active et participent très volontiers tout au long de l’heure. De là à imaginer que le vocabulaire étudié est mieux retenu, il n’y a qu’un pas !

Faites un commentaire qui enrichit le débat...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s