Des parcours individualisés grâce aux badges de compétences (des nouveaux programmes de 2018 ) !

REMARQUE PRÉLIMINAIRE N°1

Pour découvrir mon système de badges de compétences pour individualiser les parcours d’apprentissage et d’évaluation en vidéo, vous pouvez consulter la captation de l’atelier que j’ai présenté sur ce sujet à Pau en janvier 2019, à l’occasion d’Eidos64 :

Vidéo d’explication du système des badges

 

REMARQUE PRÉLIMINAIRE N°2

ATTENTION : MISE À JOUR SUITE AUX MODIFICATIONS DES PROGRAMMES 

parues au B.O. du 26 juillet 2018

(consultables ici : B.O. du 26 juillet 2018 Modifications des programmes scolaires ).

À la fin de l’article, le lien vers le Padlet qui met à disposition tous mes documents de travail est mis à jour avec les nouvelles compétences.

J’avertis toutefois qu’en étude de la langue, j’ai choisi de modifier le classement officiel : la compétence 3 contient en effet à la fois la morphologie verbale, l’orthographe grammaticale, et l’orthographe lexicale, ce qui est ingérable avec mon système de badges de compétences.

Voici donc mon organisation, plus opératoire : une compétence 3 consacrée à l’orthographe grammaticale, une compétence 4 pour la morphologie verbale, et l’orthographe lexicale rejoint logiquement la compétence 5, consacrée à l’étymologie et au lexique. J’ai toutefois joint, pour ceux qui le souhaiteraient, le classement des badges tel qu’il est présenté dans les programmes.

IMG_4151

 

 

PRÉSENTATION DU SYSTÈME DES BADGES DE COMPÉTENCES

Tant dans le milieu scolaire que dans le milieu professionnel, est valorisé le principe du badge de compétence, auquel on peut joindre l’idée des ceintures de compétences qui, comme au judo, permettent de formaliser le passage d’un degré de maitrise à un autre.

Dans l’éducation, ses intérêts sont multiples, et sont exploités en primaire depuis bien des années déjà. Ces badges permettent à chaque élève de formaliser son niveau de maitrise d’une compétence et de construire son propre parcours de progrès, souvent à l’aide d’un plan de travail personnalisé.

Je me suis questionnée sur ces badges durant  deux ans, m’informant, réfléchissant et cherchant, parmi les projets présentés sur les réseaux, les éléments  qui répondraient à mon fonctionnement et à mes objectifs :

  • Individualiser chaque parcours d’élève,
  • Développer la dévolution chez les élèves, cette réappropriation nécessaire de leur propre parcours d’apprentissage par eux-mêmes grâce au choix, à une prise de responsabilité de leur parcours scolaire, et à la construction d’un programme personnalisé,
  • Réduire l’importance de la compétition entre élèves au profit du défi envers soi-même,
  • Créer un système opératoire libéré des notes,
  • Intégrer la dimension visuelle au processus d’évaluation et d’auto-évaluation des compétences, afin de le rendre plus concret,
  • Distinguer dans l’évaluation d’une copie de rédaction dont la note est 14/20 – et qui contient un pavé de commentaires pour clarifier points de force et points à renforcer -, le degré de maitrise des nombreuses compétences à l’oeuvre, de façon à rendre visibles en un regard (celui de l’élève, celui de ses parents, et celui de l’enseignant.e) les notions fragiles sur lesquelles un renforcement particulier est à prévoir,
  • Permettre à l’élève de comprendre qu’une compétence se manifeste dans différentes activités variées, et s’associe à d’autres compétences pour la pleine réussite d’une activité,
  • Evaluer quotidiennement, même de manière informelle et furtive, les compétences durant les mises en activité des élèves,
  • Développer l’autoévaluation,
  • Disposer d’un système visible pour valider la réalisation de projets personnels,
  • Développer l’enthousiasme et l’esprit d’initiative…

Les objectifs sont innombrables. Et après deux années de réflexion, et suite à quelques 200 heures de travail, j’ai mis au point un système complet, pour le cycle 4, constitué de badges de compétences à collectionner, grâce à un plan de travail organisant les activités obligatoires et à de nombreuses activités optionnelles proposées durant chaque séquence.

Je me propose dans cet article de vous exposer son fonctionnement et de rendre accessibles mes documents de travail afin que chacun puisse s’en faire une idée précise, voire les utiliser ou les modifier s’il le souhaite.

Fonctionnement d’ensemble du système

  • J’ai créé, à partir de l’application Credly sur mon iPad, des badges avec des codes couleurs selon les domaines, dont chacun est décliné selon quatre degrés de maitrise (les notes chiffrées qui correspondent à chaque niveau sont indiquées entre parenthèses) : le niveau 1, rouge (entre 0 et 5 points), le niveau 2, orange (entre 6 et 10 points), le niveau 3, bleu (entre 11 et 15 points), et le niveau 4, vert (de 16 à 20 points).
    • pour les 19 compétences demandées en français dans les nouveaux programmes  (4 en oral, 3 en lecture, 3 en écriture, 7 en compréhension de la langue, et 2 en culture littéraire et artistique),
    • pour 11 des compétences transversales (2 en E.M.I., 4 en histoire des arts en lien avec le parcours d’éducation artistique et culturelle, et 5 en E.M.C. en lien avec le parcours citoyen),
    • pour les 4 parcours et l’A.P.

Voici les deux légendes qui correspondent, et qui sont distribuées aux élèves et explicitées en début d’année

legende-badges-francais-pdf

legende-badges-parcours-pdf

  • Le système de ces badges fonctionne sur trois niveaux :
    • les badges-étapes, distribués librement au fil des activités de la classe, hors temps formalisé d’évaluation des compétences, permettent à l’enseignant.e et à l’élève d’évaluer son niveau de compétence à ce moment, de façon à identifier, avant l’évaluation officielle, sur quel point les efforts doivent porter plus spécifiquement. Ces badges permettent de gagner du temps par la prise de conscience, en amont des évaluations, de ce qui nécessite entrainement et approfondissement.
    • Les badges-lauriers ensuite, sont les badges qui sont collectionnés, « chassés » (à la manière de la chasse aux Pokémons !) par les élèves durant les activités évaluées : pour chaque compétence, l’élève doit collectionner au moins 5  badges.
    • Lorsqu’ils ont accumulé ces 5 badges-lauriers pour des activités différentes, ils peuvent prétendre au badge-maitrise de la compétence dont le niveau correspondra à la moyenne des badges-lauriers obtenus. En effet, chacun des quatre degrés de maitrise permet d’obtenir une note pour sa catégorie : le niveau 1 vaut 3 points, le niveau 2 vaut 8 points, le niveau 3 vaut 13 points et le niveau 4 permet de gagner 18 points.
      • Ainsi, avec deux badges-lauriers de niveau 3 (donc 26 points) et trois de niveau 4 (donc 54 points), l’élève cumule 80 points divisés par 5 (nombre de badges collectionnés), ce qui lui fait une moyenne de 16 et lui permet de prétendre à un badge-maitrise de niveau 4 pour cette compétence.
      • Dans la mesure où mon établissement n’a pas encore renoncé aux notes, j’inclus la note du badge-maitrise obtenu – note qui est toujours la note maximale possible de chaque degré de maitrise (donc soit 5, 10, 15 ou 20 selon la couleur du badge) en coefficient 2 à la moyenne des notes que j’octroie parfois en même temps que les badges (comme le fameux 14/20 de rédaction, avec cinq ou six badges-lauriers gagnés en même temps).
  • On le comprendra en lisant les lignes qui précèdent, ce système dans lequel l’élève peut choisir de « chasser » des badges au fil des activités ne peut fonctionner que si des activités variées (et les badges-lauriers qui leur correspondent) lui sont proposées au choix afin d’expérimenter ses apprentissages. Et c’est le ciment de ce système, qui s’appuie d’une part sur un plan de travail obligatoire, commun à tous pour assurer un socle commun nécessaire, distribué en début de séquence, que l’élève réalise à son rythme avant la date buttoir indiquée, et d’autre part sur un tableau des activités optionnelles, variables selon les séquences, et pour lesquelles sont indiquées les compétences travaillées, et donc, les badges à collectionner. Chaque élève choisit librement d’en réaliser une ou plusieurs, à la date qui lui convient pourvu que ce soit avant la fin de la séquence.

Voici le plan de travail d’une séquence de 4ème sur Le Cid de Corneille :

4è Plan de travail Le Cid PDF

Voici l’exemple du tableau des activités optionnelles proposées pour la même séquence :

4è activités optionnelles séq. 4 Le Cid PDF

Enfin, voici un exemple d’un tableau des activités optionnelles, très ambitieuses (et qui pourtant n’a pas empêché nombre d’entre eux de proposer plusieurs activités) en classe de 3ème :

3è Train Tableau de compétences PDF

 

Pour davantage d’informations

sur l’activité « La minute des invariables amis », consulter cette page :

La Minute des invariables amis

C’est en fait l’étape la plus fastidieuse pour l’enseignant.e : il faut à la fois avoir une vue d’ensemble de la séquence à venir et clarifier toutes les compétences et les activités, tout en développant sa créativité pour inventer les idées d’activités optionnelles. Mais c’est vraiment le ciment de tout le système, ce sont ces tableaux qui permettent la dévolution souhaitée et nécessaire. De plus, cela oblige à anticiper sa séquence et à développer une vue d’ensemble chez l’enseignant.e, ce qui, en ce qui me concerne, est une obligation constructive !

Quelques aspects pratiques

Bien sûr, pour fonctionner, ce système s’appuie sur des outils : le plan de travail, le tableau des activités optionnelles, les légendes, mais aussi le tableau pour collectionner les badges, ainsi que l’outil nécessaire à l’enseignant.e pour garder une trace précise de chaque badge-laurier ou badge-maitrise distribué. Bref, il faut gérer le côté matériel des choses.

  • Grâce au tableau de collection, il suffit à l’élève de reporter dans la case appropriée le badge-laurier qu’il a gagné, indiqué par l’enseignant.e.

Voici ce tableau de collection :

Fiche collection des badges PDF

  • Je dois de mon côté garder une trace précise également, afin d’être en mesure de confirmer l’acquisition des badges-lauriers, et d’organiser mon travail d’approfondissement individualisé avec chaque élève. Pour mes notes, j’ai choisi d’utiliser sur mon iPad (qui contient aussi tous mes cours) l’application iDoceo4, dont je suis très satisfaite. Je l’utilise donc également pour inscrire les badges-lauriers, puis valider le badge-maitrise approprié. Il m’a fallu formater cet outil pour répondre à mes besoins spécifiques : créer des colonnes pour chaque compétence (avec la couleur du domaine correspondant) qui se déploient pour faire apparaitre un tableau à quatre colonnes (pour les quatre degrés d’acquisition de compétences). A chaque cas est attribué le nombre de points du badge correspondant, qui calcule donc la moyenne des badges immédiatement. De plus, j’inscris dans un encadré individuel en bas les activités menées, obligatoires et fondées sur le volontariat. C’est cette trace écrite sur mon iPad qui est valable en cas de doute avec un élève.

Voici les colonnes des deux tableaux des badges, l’un pour les compétences en français, l’autre pour les compétences transversales.

fullsizerender-101fullsizerender-104

Il me suffit de toucher cet espace…

fullsizerender-105

…pour faire apparaitre les badges-lauriers de la compétence pour toute la classe.

fullsizerender-108

On peut déjà constater (en seulement six semaines de cours sur cette capture d’écran !) à quel point chaque parcours est individualisé !

Enfin, en touchant la ligne d’un élève, je fais apparaitre son tableau personnel de la compétence pour enregistrer le badge gagné et inscrire l’activité réalisée, visible ici en bas de la feuille. Vous remarquerez que le degré 3 d’acquisition, normalement bleu, est ici jaune : l’application m’empêche de choisir la couleur sur ce point précis. Dans la mesure où cette page n’est utilisée que par moi, cela ne risque pas de brouiller le message pour les élèves. Par ailleurs, vous remarquerez qu’il est possible de préciser non seulement la nature de l’activité, mais également si elle a été réalisée de manière obligatoire ou volontaire. Un bon moyen de valoriser l’engagement et l’esprit d’initiative des élèves qui s’investissent activement dans leur parcours de travail personnalisé !

fullsizerender-111

Une fois le badge-maitrise obtenu, validé à la fois par l’élève et l’enseignant.e, il apparait facilement sur le tableau de badges d’ensemble, puisqu’il suffit de donner à la case principale de l’élève pour la compétence la couleur du badge gagné.

fullsizerender-112

On remarquera que le détail peut également apparaitre en bas. Il suffit aussi de préciser la date de l’obtention du badge-maitrise validé, pour recommencer ensuite la collection, comme c’est le cas ici pour Thomas (qui a pris en charge quatre activités optionnelles pour le seul mois de septembre !) :

fullsizerender-109

Il est bien sûr possible de faire la même chose en version papier, avec un peu d’adaptation des colonnes du cahier du professeur. J’aime personnellement la souplesse que permet le numérique sur cet aspect.

Bilan de ce système

Ce système, validé lors d’une inspection l’année dernière, a transformé ma manière d’enseigner, et les élèves sont métamorphosés : lorsque je ne fournis pas assez vite le nouveau tableau des activités optionnelles, ils le réclament. De même, alors que je proposais, en plus des livres obligatoires un livre optionnel toutes les deux semaines, les élèves en ont réclamé davantage, de sorte que je propose désormais, dans les trois niveaux de cycle 4, un livre par semaine ! L’enthousiasme suscité par ce système ne se dément pas, puisque c’est la seconde année que je l’emploie. Et il rend tout plus facile, tout en permettant de vraies évaluations quotidiennes, formelles et informelles, et avec moins de pression puisque c’est l’élève qui pilote ses évaluations !

  • Ainsi Noé a-t-il demandé à présenter deux fois sa récitation en essai de badge-étape afin d’évaluer ses compétences sur cette activité, d’établir son auto-évaluation en A.P. et de bénéficier de mes conseils, avant de choisir de tenter le badge-laurier (et la note), en devançant toujours la date prévue pour l’évaluation de récitation.
    • Il s’est ainsi non seulement rendu service puisqu’il est passé d’un premier niveau bleu 3 en badge-étape, à un niveau vert 4, avant de conquérir son badge-laurier vert 4, et ce, en début d’année,
    • mais il a également permis au reste de la classe de comprendre les exigences de l’exercice pour mieux réussir cet oral sans passer par les badges-étapes. Cette première récitation, que j’ai déjà donnée les deux années passées, est bien plus réussie, les prestations ont été mieux maitrisées.
  • Autre exemple : Alix, pendant une simple correction d’exercice de vocabulaire, se lance dans une argumentation – respectueuse -, pour me convaincre que je me trompe sur le sens d’un nouveau mot que nous manipulons. Sa détermination et sa persévérance ont permis à la classe d’approfondir des notions lexicales. J’ai validé deux badges non prévus à cette occasion : O.D.L.5/, pour sa recherche du sens exact du mot, et E.M.C.5/, pour son argumentation malgré la peur ressentie de remettre en cause le jugement et le savoir de son enseignante. C’était enrichissant pour tous.

La seule difficulté que je rencontre, mais qui ne me démotive pas tant ce système a révolutionné le fonctionnement des apprentissages et la dynamique des classes, c’est le temps supplémentaire que me demande la prise de note des badges obtenus par chacun sur ma tablette. J’ai optimisé autant que je pouvais cette formalisation, mais le temps supplémentaire est réel. Or cette mémorisation des badges doit toujours être rigoureusement exécutée afin que le système révèle tout son potentiel.

Par ailleurs, on notera que quelques élèves ne souhaitent pas s’engager dans les activités optionnelles, et ne font que les obligatoires. Mais d’une part, ils sont très peu nombreux, et d’autre part, c’est aussi cela, leur redonner le choix : il faut savoir le respecter, même quand il ne nous plait pas…

Ce système complet permet de différencier et d’individualiser le parcours de chaque élève qui est à même de choisir à nouveau, de décider, de s’enthousiasmer, de proposer, de reprendre confiance en lui et de progresser plus vite, d’avoir enfin envie… Ce qui est un vrai changement de posture !

 

Si ce système de badges de compétences suscite votre enthousiasme et vous donne envie de vous lancer, l’ensemble des documents dont vous pouvez avoir besoin est disponible sous différents formats sur un padlet à l’adresse suivante. Vous pouvez les utiliser librement, et même les transformer, sans oublier de citer l’auteure que je suis… Et n’hésitez pas à m’informer des résultats de votre expérimentation !

Alors, belle chasse à tous !

Padlet des documents pour la chasse aux badges

 

2 commentaires

  1. […] Des parcours individualisés grâce aux badges de compétences (des nouveaux programmes de 2018 ) ! …. Parues au B.O. du 26 juillet 2018 (consultables ici : B.O. du 26 juillet 2018 Modifications des programmes scolaires ). À la fin de l’article, le lien vers le Padlet qui met à disposition tous mes documents de travail est mis à jour avec les nouvelles compétences. J’avertis toutefois qu’en étude de la langue, j’ai choisi de modifier le classement officiel : la compétence 3 contient en effet à la fois la morphologie verbale, l’orthographe grammaticale, et l’orthographe lexicale, ce qui est ingérable avec mon système de badges de compétences. […]

    J'aime

Faites un commentaire qui enrichit le débat...

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s